Programmes et réseaux de recherche internationaux

1. Appartenance à des réseaux hors ANR (5)

Y. Baudelle, membre associé du Centre d’étude du roman et du romanesque CERR), composante de l’E. A. Centre d’étude des relations et des contacts linguistiques et littéraires (CERCLL, EA 4283), Université de Picardie ;

L. Déom, membre du réseau de recherche AFRELOCE (Association française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance) ;

C. Douzou, chercheuse-associée (depuis 2000) au CERACC « Centre d’études sur le Roman des Années Cinquante au contemporain » dirigé et fondé par Marc Dambre, composante de l’E.A. 4400 de l’Université de la Sorbonne-Nouvelle-Paris3, « écritures de la modernité » dirigé par Michel Collot ;

Ch.-O. Stiker-Métral, chercheur associé au CRRLPM (ENS) ;

M. Velcic-Canivez, responsable du partenariat entre ALITHILA et le Séminaire transversal du laboratoire Lidilem, EA609, Grenoble 3, organisé par C. Moïse et F. Rinck.

2. Programmes en cours ou s’étant déroulés au cours du quinquennal hors ANR (5)

Les manifestations auxquelles ces programmes ont donné lieu ont été mentionnées ci-dessus dans les différents axes de l’équipe ; on rappellera ici les intitulés de ces programmes, en soulignant leur dimension internationale, et le fait qu’ils se rattachent particulièrement à deux directions de recherches importante de l’EA ALITHILA : la question de contemporain (littérature et arts) et les relations entre littérature et histoire.

1. « Les représentations de la Grande Guerre », Lille 3 et l’Université de Gand (D. Viart et Pierre Schoentjes), 2008-2010.

2. Littératures narratives contemporaines française et québécoise : poétiques et esthétiques comparées (2009-2011) avec l’U. du Québec à Montréal (R. Dion), subvention du Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture (Y. Baudelle, J.-Ch. Delmeule, C. Douzou).

3. Les fins de la littérature (D. Viart et L. Demanze, ENS Lyon), avec Rome La Sapienza : colloques internationaux « Fins de la littérature » ENS de Lyon, IUF, Lille 3, Lyon 2, Maison des écrivains et de la Littérature, nov. 2010 [Actes publiés : D. Viart (éd.), La Littérature française du 20e siècle lue de l’étranger, co-éd. PU du Septentrion/Institut Français, 2011, 282 p.], « La Littérature à quelle fin ? », Paris, Maison des Ecrivains et de la littérature, Petit Palais, avr. 2011 ; « Historicité de la littérature contemporaine », Lille 3, ENS Lyon, IUF, U. de Gand, Rome La Sapienza, ESJ de Lille et Centre d’art international du Fresnoy, 17-19 nov. 2011 [D. Viart et L. Demanze (éd.), Fins de la littérature, t. 2. Historicité de la littérature contemporaine, Armand Colin, 2012, 324 p.]

4. Littérature narrative contemporaine française avec La Sapienza (G. Rubino, LARC) et D. Viart. Ce programme a obtenu pour la seconde fois en 2011 des fonds de recherches du Programme de recherche innovantes national (PRIN) italien ; on y rattache deux colloques internationaux dont « Ecrire le présent » (G. Rubino et D. Viart), Rome, juin 2011 [G. Rubino et D.Viart (éd.), Ecrire le présent, Armand Colin, 2013, 256p.] et un second que l’on trouvera mentionné plus haut car il s’intéresse aux rapports entre histoire et littérature.

5. Réseau international EDITS sur l’imaginaire social à l’époque gaullienne (1958-1981), ss B. Denis (U. de Liège), P. Popovic (U. de Montréal), et N. Wolf (Lille 3) avec G. Perugini (doctorant) et Ch. Reggiani.

Réseau international de recherche et de formation a la recherche : ÉDITS (Équipe Discours, imaginaires, textes, sociétés)

Universités associées : Université de Montréal/-Université Mc Gill (Montréal)/-UQUAM (Montréal)/-Université de Liège-/Université Charles de Gaulle Lille 3 (ALITHILA)

Projet de recherche : Littérature et imaginaire social à l’époque gaullienne (1958-1981)

Laboratoire et parfois repoussoir de notre modernité, les années qui vont de la prise du pouvoir par de Gaulle à la victoire de François Mitterrand sont cruciales pour la France contemporaine. Ces années gaulliennes sont marquées par une crise de l’identité française et par une recomposition socioculturelle de l’espace national. Partant du postulat que la littérature, au sens large, a proposé ses propres réponses à cette double transformation, le réseau international ÉDITS s’est donné pour objectifs de dégager ces réponses et de les analyser à partir d’un échantillon raisonné de romans, d’essais, de pièces de théâtre, de poèmes, mais aussi de bandes dessinées, de films et de chansons, choisis dans l’ensemble de ce qui s’est créé entre 1958 et 1981.

Colloques et publications

L’ÉDITS a déjà organisé six colloques :

  • « La Ve République des Goncourt » en 2007 à Montréal,
  • « L’invention littéraire du Français moyen » en 2008 à Liège,
  • « Les exceptions françaises » en 2009 à Montréal,
  • « Amnésies françaises à l’époque gaullienne » en 2010 à Lille,
  • « La France à l’ère des libérations, ou les lendemains de 68 » en 2011 à Liège,
  • « La ville dans les arts et la littérature en France de 1958 à 1981. »

Ces colloques ont conduit à la publication de plusieurs volumes collectifs :

  • Claudia Bouliane et Pierre Popovic (dir.), La Ve République des Goncourt (1958-1981), Montréal, Discours social, vol. XXX, 2008, 193 p. ;
  • Sarah Sindaco et François Provenzano (dir.), La Fabrique du Français moyen. Productions culturelles et imaginaire social dans la France gaullienne (1958-1981), Bruxelles, Le CRI/Ciel, 2009, 196 p. ;
  • Sylvain David et Pierre Popovic (dir.), Les Exceptions françaises (1958-1981), Montréal, Études françaises, vol. 47, n°1, 2011, 196 p. ;
  • Nelly Wolf (dir), Amnésies françaises à l’époque gaullienne (1958-1981). Littérature, cinéma, presse, politique, Paris, Classiques Garnier, 2011, 291 p.

Volume en cours de publication : Yan Hamel et Pierre Popovic (dir), La Ville dans les arts et la littérature en France de 1958 à 1981, Nota Bene, Montréal.

Membres d’ALITHILA ayant participé aux activités du réseau de 2009 à 2013 : Djemaa Maazouzi, Gabriele Perugini, Christelle Reggiani, Dominique Viart, Nelly Wolf.

Prochain colloque de l’ÉDITS :

« La France des solidarités (Mai 1968-Mai 1981) », à l’université de Lille, les 13-14-15 mai 2014, en collaboration avec l’IUF et l’université Paris Ouest (CSLF).

Internationalisation de la recherche doctorale

1.Thèses en co-tutelle :

Un nombre important de thèses soutenues ou en cours ont fait l’objet de co-tutelles avec le Canada (Montréal), l’Italie (Rome, Milan), l’Amérique du Sud, l’Espagne, la Belgique, la Norvège, l’Université d’Abidjan, l’Université de Tchouvachie.

2. Inscription d’étudiants étrangers hors co-tutelle

D’autre part, de nombreux étudiants étrangers sont inscrits en doctorat dans notre équipe d’accueil Simona Girleanu (Roumanie, AMN), Carole Bliss Ntsame Mve, Assumpta Uwakwe (Nigeria), Francis Langevin (Université du Québec à Rimouski), Mélanie Lamarre (Université de Montréal), Gabriele Perugini (Brésil), etc.

3. Ateliers de recherche à l’étranger

Boutros El Hayek anime des ateliers de recherche et représentation théâtrales en Egypte et au Mar, dont certains sont repris commesméinaires de M2 :

Pygmalion,Poème dramatique en 4 actes d’El Hakim, présentation et traduction : Boutros Ell Hayek, Atelier d’écritures et d’expressions théâtrales 2012, Université Ain Chams – Egypte (en arabe).

« Le dégoût de la politique. Personnages et langage actualisés », Atelier de recherche théâtrale, troupe Fada Aliwa – Casablanca – Maroc, janvier 2012.

« Mythe et théâtre : Le Roi-Œdipe de Tawfiq el Hakim, la vision arabe du Mythe », Séminaires Master II recherche, 2012.

4. Réseau EDAF

Le laboratoire ALITHILA est très impliqué dans le réseau EDAF (ECOLE DOCTORALE ALGERO-FRANCAISE DE FRANÇAIS)

L’EDAF a été mise en place en 2005 à l’initiative du Ministère algérien de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et du Ministère français des affaires étrangères, avec l’accord du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle est destinée à former des docteurs algériens, en littérature, sciences du langage et didactique.

Le doctorat algérien s’effectue en trois ans. Une année supplémentaire peut être accordée par dérogation.

Aujourd’hui, l’EDAF représente 917 étudiants dont 109 dans notre université. L’EDAF a pour objectifs : de proposer une formation doctorale et un encadrement scientifique selon des programmes précis. L’étudiant est co-dirigé par deux universitaires, l’un algérien, l’autre français ; de mettre en place des relations avec des laboratoires ou équipes de recherche en Algérie et en France ; de définir des axes de recherche prioritaire.

La France a mis en place 6 réseaux régionaux (Nord, Est, Ouest, Sud-Est, Sud-Ouest, Ile de France), l’Algérie étant divisée en 3 zones (Est, Ouest, Centre). L’université de Lille 3 s’est portée volontaire pour constituer un pôle d’encadrement doctoral pour la région Nord avec 48 enseignants spécialistes en didactique ou en littérature qui interviennent dans des séminaires en Algérie ou qui co-dirigent des doctorants. Des séminaires de magistère sont organisés en Algérie sous la responsabilité d’universitaires français (Marie-Agnès Thirard, Thierry Charnay) ; les doctorants algériens suivent chaque année un stage de formation doctorale en France de deux semaines. L’accueil des doctorants dans le cadre de cette école doctorale spécifique est adressé aux équipes de recherche CIREL-THEODILE (EA 1764) pour la didactique (responsable Isabelle Delcambre) et ALITHILA pour la littérature (responsables Marie-Agnès Thirard, puis Jean-Christophe Delmeule, appartenant à la composanteRECIFE, ainsi que la directrice du laboratoire Marie-Madeleine Castellani et la responsable adminsitrative (Stéphanie Debrandt-Meghzili puis Laetitia Ceugnart) pour l’accueil de ces doctorants). Les enseignants encadrants d’ALITHILA, outre les deux responsables (respectivement 5 et 3 co-encadrements) sont Thierry Charnay (3), Laurent Déom (2), Catherine Douzou (3), Robert Horville (4), Fiona McIntoshVarjabédian (1), Joëlle Prungnaud (1), Djamila Saadi (1), Charles-Olivier Stiker-Métral (1). Le relais à l’ED est Claudine Schneider. A noter que le réseau EDAF a récemment évolué et s’appelle désormais LAFEF mais qu’ALITHILA continue à être aprtie prenante de ce réseau.

5. Financement des déplacements des doctorants à l’étranger

Le laboratoire a permis aux doctorants de participer à des colloques et journées d’étude, en particulier à l’étranger en finançant ou co-finançant leur déplacement et leur séjour :

2009 : Emilie Brière (Montréal, 2009), Simona Girleanu (Bucarest), Mélanie Lamarre (Montréal), Francis Langevin (Montréal), Geoffrey Planque (Madras, Inde), Ludovic Schuurman (Ottawa, Canada), Gallina Subbotina (Tartu, Estonie), Roxana Udrescu (Bucarest), Philippe Willocq (Carthage, Tunisie).

2010 : Emilie Brière (Montréal), Benoît Denis (Edzell, Ecosse), Juliette Lormier (Les Diablerets, Suisse), Dominique Soulès (Montréal), Philippe Willocq (Oxford).

2011 : Alexandre Bleau (Rome), Carine Capone (Bari), Pablo Martin Sanchez (Barcelone et Grenade), Gabriel Pascual Domingos Perugini (Rio de Janeiro), Dominique Soulès (Toronto), 2012 : Emilie Amand (Cluj, Roumanie), Gianpaolo Furgiuele (Bucarest), Sandrine Legrand (Oxford), Geneviève Roland (Bucarest), Arnaud Souty (Bruxelles).

6. Participation des doctorants à des travaux de recherche internationaux et financements de leurs recherche

S. Girleanu : Séjour de recherche au Département d’Histoire de l’art, Université de Cambridge, Royaume-Uni (Février–juillet 2009), sous la direction de monsieur David Watkin, Professeur émérite d’histoire de l’architecture (déplacement financé par une Bourse de Mobilité à l’international accordée par le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais et par l’équipe ALITHILA, Université Lille 3) ; Auditrice libre au Département d’Histoire et philosophie des sciences, Université de Cambridge, Royaume-Uni (participation aux séminaires de recherche suivants : Science et littérature ;Histoire et théorie) (2009-2011).

F. Mahy (assistanat à la recherche) : projet de recherche en cours sur la littérature des femmes, The University of Western Ontario, fin 2011-12, pour Dr K. Schwerdtner ; été 2011, 100 h pour Dr 1. Purdy. Bourses de recherche : Western Graduate Thesis Rechearch Awae (et Arts and Humanities Dean’s office), mars 2011. Cette bourse aide à soutenir les frais de la recherche entreprise par le doctorant ; Sir Charles-Edward Saunders-Mary Eileen Anderson Scholarships in French : bourse attribuée chaque année au doctorant dont le cheminement est jugé le plus remarquable (mai 2010 et mai 2012).

G. Perugini : membre du réseau EDITS, dont font partie Wolf et Ch. Reggiani.

Parmi nos doctorants allocataires (B. Denis, C. Capone, A. Dufrénoy, J. Lormier), L. Bodil Kalvik (allocation de l’université de Bergen) et G. Roland sont allocataires étangers.