(cofinancement Institut Universitaire de France)

Bilan

Le groupe de travail « Rabelais-Fischart » réunit depuis 2015 une quinzaine de chercheurs de France, d’Allemagne, de Suisse, des Pays-Bas et des Etats-Unis, auxquels quatre doctorants ont été progressivement associés. Né du projet ANR-DFG « Eurolab. Dynamiques des langues vernaculaires dans l’Europe de la Renaissance » (Lille – Munich, 2010-2013), il est actuellement porté par E. Kammerer (Lille), T. Bulang (Heidelberg), A.-P. Pouey-Mounou (Sorbonne Université) et B. Kellner (LMU Munich). Les travaux d’Eurolab avaient fait émerger conjointement les figures de François Rabelais et de Johann Fischart, son premier « traducteur », ou plutôt son « recréateur » en langue allemande. Or Fischart est quasiment inconnu des spécialistes de Rabelais, tandis que la recherche fischartienne des XXe et XXIe siècles n’a guère pris en considération le texte original français. Ce constat rejoignait le désir de poursuivre activement un travail d’équipe qui avait porté des fruits, visibles aussi bien dans la publication des six premiers volumes de la série De lingua et linguis (Genève, Droz), que dans la connivence scientifique établie à l’intérieur du groupe. Etant donné la difficulté des deux textes, les deux premiers séminaires (Lille, 2015, financement IUF ; Munich, 2016, cofinancement IUF – Karl Friedrich von Siemens Stiftung) furent consacrés à la lecture approfondie des deux textes conjoints. A l’idée d’un colloque, qui aurait été consacré à la confrontation des enjeux poétiques du Gargantua et de la Geschichtklitterung, s’est alors substituée celle d’une anthologie bilingue commentée. Celle-ci inscrit l’orientation poétique de départ dans une analyse des processus souvent extrêmement complexes de traduction et de transfert à l’œuvre dans le texte allemand. Elle doit ainsi contribuer à une meilleure connaissance des deux auteurs en France et en Allemagne, permettre de mieux évaluer le travail littéraire et linguistique de Fischart traducteur dans le contexte de la première modernité, et expérimenter un modèle éditorial possible de commentaire bilingue. La mise en place progressive d’un tel projet, totalement inédit, a donné l’impulsion des deux séminaires de Paris (2017, financement IUF) et Heidelberg (2018, financement Fritz Thyssen Stiftung).

 

Projet

Le groupe de travail Rabelais-Fischart (org. T. Bulang, E. Kammerer, B. Kellner, A.-P. Pouey-Mounou) poursuit les travaux engagés depuis 2015. Il s’agit d’achever l’édition d’une anthologie bilingue commentée du Gargantua de Rabelais et de la Geschichtklitterung de Fischart. Outre l’ambition scientifique du projet (mise à disposition encore inédite des deux textes, confrontation et enrichissement réciproque de deux traditions critiques, meilleure connaissance de Fischart en France et de Rabelais en Allemagne), et sa visée large (élaboration d’un instrument de travail qui permette d’engager de futures recherches sur ces deux auteurs), il s’agit de mettre au point un protocole d’édition bilingue qui puisse être repris pour d’autres traductions de l’époque moderne. Le groupe dispose d’un premier état des différents chapitres de l’anthologie, qui doivent être discutés lemme par lemme lors de la prochaine rencontre prévue les 6-7 juin 2019 (Bâle ou Munich). T. Bulang et E. Kammerer ont déposé en décembre 2017 un projet de recherche dans le cadre du Schwerpunktprogramm 2130 de la DFG (Deutsche Forschungsgemeinschaft), “Übersetzungskulturen der Frühen Neuzeit” (“Cultures de la traduction à l’époque moderne”). Ce projet, intitulé “Wissensliteratur und Dichtung. Frühneuzeitliche Übersetzungen zwischen Frankreich und Deutschland 1494-1618” (réponse attendue fin juin 2018), repose sur le travail déjà effectué par le groupe. Une réponse positive lui permettrait d’étendre ses travaux à un corpus plus vaste de traductions entre France et Empire – un champ de recherche jusqu’ici négligé.

 

Membres du groupe

Responsables du projet

  • Prof. Tobias Bulang (Univ. Heidelberg)
  • Dr. Elsa Kammerer (Univ. Lille, IUF)
  • Prof. Beate Kellner (Ludwig-Maximilians-Universität München)
  • Prof. Anne-Pascale Pouey-Mounou (Sorbonne Université, IUF)

 

Membres de l’équipe

  • Prof. Anna Kathrin Bleuler (Univ. Salzburg)
  • Dr. Sylvia Brockstieger (Univ. Heidelberg)
  • Prof. Marie-Luce Demonet (Univ. Tours, CESR)
  • Prof. Mireille Huchon (Sorbonne Université)
  • Dr. Romain Menini (Univ. Paris Est – Marne la Vallée)
  • Prof. Jan-Dirk Müller (LMU München)
  • Prof. Bernd Renner (CUNY, New York)
  • Dr. Alexander Rudolph (LMU München)
  • Prof. Ulrich Seelbach (Univ. Bielefeld)
  • Prof. Paul J. Smith (Univ. Leiden)
  • Dr. Nora Viet (Univ. Clermont-Ferrand)
  • Prof. Karin Westerwelle (Univ. Münster)

 

Doctorants

  • Florence Brunner (Univ. Tübingen)
  • Sina Dell’Anno (Univ. Bâle)
  • Jonas Kurscheit (Univ. Tours, CESR)
  • Kathia Müller (Univ. Zurich)
  • Jodok Trösch (Univ. Bâle)