Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du dernier essai de Maxime Decout, Pouvoirs de l’imposture, qui interroge la manière dont l’imposture s’est développée dans la littérature des XXe et XXIe siècles en transformant le lecteur en enquêteur. Dans le même temps, il invite son propre lecteur à mener l’enquête comme dans un roman policier. À l’heure des fake news et des théories de la « post-vérité », il n’est peut-être pas inutile de se pencher, grâce à la littérature, sur d’autres usages de l’imposture et de ses pouvoirs.

Une première rencontre est prévue à l’occasion de cette parution à la librairie “Les Cahiers de Colette” (23 rue Rambuteau, 75004 Paris), vendredi 9 novembre 18H.

Présentation

Mentir à un ami, lorgner sur le jeu de son adversaire, bluffer, donner le change, en conter, maquiller son existence, se faire passer pour un autre : la tentation est grande. Nombreux sont ceux qui, dans ce livre, y succomberont pour vous.

Vous y découvrirez que l’imposture est orgueil, folie, maladie mais aussi transgression et bravoure. Telle la singulière révélation de la littérature au sujet des pouvoirs de l’imposture. Vous apprendrez ainsi ce qui lie l’imposteur et l’enquêteur, comment le désir de se travestir et celui de savoir épousent des logiques proches. Vous verrez surtout ce que les œuvres font de cette imposture, comment elles s’y adonnent pour piéger leurs plus méritants lecteurs. En chemin, vous ferez de surprenantes rencontres aux côtés de Poe, James, Borges, Nabokov, Robbe-Grillet, Butor, Perec, Vila-Matas : des psychanalystes trompés ou meurtriers, des joueurs d’échecs névrosés, des puzzles dont les pièces ne s’emboîtent pas, des labyrinthes sans issue, des tricheurs et des beaux parleurs, des Sherlock Holmes qui déraisonnent, mais aussi quelques manuscrits assassins à ne pas mettre entre toutes les mains. Assurément, vous survivrez à toutes ces embûches, mais vous n’en sortirez peut-être pas indemne.